Captures des saumons par les pêcheurs à la ligne en eau douce

Situation 2019 : picto nondefini (non définie)

Tendance récente : picto tendancend (en forte baisse)

512 saumons ont été déclarés par les pêcheurs à la ligne en eau douce en 2019 en Bretagne

Source : AFB, FNPF, 2019 - Mise à jour : 14/12/2020

La pêche amateur aux lignes du saumon en eau douce

Sur la totalité de l'estuaire et du domaine fluvial, la pêche du saumon est interdite pendant 180 jours par an entre le 1er août et le 31 juillet, dont au moins 20 consécutifs compris entre le 1er octobre et le 30 avril (Article R436-55). Les périodes d'ouverture sont ensuite fixées à l'échelle régional et départemental.

Pour avoir le droit de pêcher le saumon atlantique, le pêcheur doit :

  • s’acquitter d’un supplément « migrateurs » en plus de sa carte de pêche et ceci aussi bien s’il souhaite conserver ses prises que les remettre à l’eau. Ce supplément « migrateurs » d’une valeur de 50 € s’acquiert chez un dépositaire agréé « migrateurs » (la liste de ces dépositaires est consultable dans la rubrique « liste des dépositaires » ci-dessous). Il est matérialisé par une "autorisation de pêcher les salmonidés migrateurs" (également appelée "autorisation migrateurs") qui accompagne la carte de pêche.
  • prendre connaissance de la réglementation applicable. Chaque année un arrêté départemental signé par le préfet définit les modalités de pêche des poissons migrateurs (quotas individuel/période d’ouverture de la pêche/rivières et techniques autorisées/gestion par total autorisé de capture (TAC) ou non). Il est nécessaire de se renseigner auprès de la fédération départementale concernée sur ces modalités avant d’aller à la pêche.
  • pour la pêche du saumon atlantique, détenir et employer des marques d’identification des poissons pêchés et un carnet récapitulatif des captures, ainsi que déclarer ses prises sur le site https://declarationpeche.fr/

Depuis 1996, une gestion quantitative des stocks de saumon pour la pêche en eau douce est mise en place sur les 28 cours d’eau bretons où la pêche du saumon est autorisée. Son but est d’assurer le renouvellement des populations de saumon tout en maximisant les captures potentielles. Une méthode de calcul a été mise au point à cet effet par l’INRA et l’AFB et définit sur chaque bassin :

  • Un objectif de dépose d’œufs, appelés limites de conservation
  • Un nombre d’œufs prélevable converti en nombre de capture, appelés totaux autorisés de capture (TAC)

Depuis 2000, les TAC sont calculés pour les saumons de printemps (PHM) et les castillons (1HM) de sorte à préserver plus spécifiquement la fraction de plusieurs hivers de mer.

Pour aller plus loin :

En savoir plus sur la réglementation des salmonidés

 Lire l'article sur les Totaux Autorisés de Captures (TAC)

Capture des saumons par les pêcheurs amateurs aux lignes

Description de l'indicateur

Depuis 1987, les déclarations de captures sont obligatoires. Ce recensement permet au Centre National d'Interprétation des captures de salmonidés migrateurs (CNICS) d'évaluer les prélèvements par pêche aux lignes et de caractériser la taille, le poids et l'âge des individus capturés. Ces déclarations permettent également d'assurer un suivi des pêcheries en temps réel afin de fermer la pêche en cas d'atteinte du TAC.

Méthode de calcul

Les données d'effectif de saumons déclarés par les pêcheurs amateurs aux lignes sont issues du CNICS et de la FNPF.

Résultats du suivi des captures de saumon par les pêcheurs amateurs aux engins et aux filets

512 saumons, dont 192 saumons de printemps, ont été déclarés pêchés en 2019 sur les cours d'eau bretons. La tendance est en forte baisse en 2019 par rapport à la moyenne des captures 2009-2018. La part des castillons dans les captures à la ligne de saumon demeure plus élevée que celle des saumons de printemps : en 2019, les castillons représentent en moyenne un plus de 60% des captures de saumon sur la Bretagne.

Evol captures SAT CNICS

Captures des saumons déclarées par les pêcheurs amateurs aux lignes sur les cours d'eau bretons depuis 1987 (l'effectif est représenté par un histogramme (bleu foncé : saumons de printemps / bleu cair : castillons), la moyenne des effectifs des 10 années précédentes par une barre orange et le nombre de pêcheurs par une ligne verte)

(Source : CNICS - FNPF, 2020)

En Bretagne, le nombre de captures aux lignes des saumons varient d’un rapport 1 à 5 entre 1987 et 2019 (minimum de 526 en 2019 et maximum de 2 971 en 1994). Ces fluctuations annuelles dépendent des variations naturelles du stock mais également de la capturabilité du poisson (date d’ouverture, mode de pêche, conditions hydrologiques, température de l’eau …). Globalement depuis 1987, les captures aux lignes de saumon diminuent. Cette baisse est surtout liée à la diminution des captures aux lignes des castillons dont l’origine peut être multiple : effort de pêche sur les castillons moindre, baisse des effectifs de castillons... Ceci étant, la part de ces derniers dans les captures à la ligne de saumon demeure plus élevée que celle des saumons de printemps (à l’exception des années 2010 et 2018).

L’Ellé est, quelle que soit l’année, le bassin où est déclaré le plus de saumons : à l’échelle régionale, 23% des déclarations proviennent de l’Ellé sur la période 2010-2019 ! D’ailleurs au niveau régional, près de 25% de la production de juvéniles de saumon provient du bassin de l’Ellé. Ceci explique peut-être cela…

2020bassins capt SAT

Répartition des captures déclarées de saumon par bassin sur la période 2010-2019 sur les cours d'eau bretons (© CNICS - FNPF, 2020)

Le Léguer, le Blavet et l'Odet suivent loin derrière (en moyenne, 5 à 10 % des déclarations sur la période 2010-2019).

En 2019, le TAC global a été consommé à hauteur de 13% en Bretagne. Plus spécifiquement, le TAC saumons de printemps a été consommé à hauteur de 35%. Il a été atteint et a provoqué la fermeture provisoire de la pêche du saumon sur 2 bassins en 2019 :

  • le 21 avril sur le Léguer avec le maintien d'une possibilité de pêche avec graciation des prises
  • le 18 mai sur l'Aulne

Télécharger la fiche régionale 2019

Dans le cadre du programme SAMARCH, Seine Normandie Migrateurs (Seinormigr) et Bretagne Grands Migrateurs (BGM) ont valorisé les données de plus de 500 carnets de pêche récoltés entre 1995 et 2018 via un outil de visualisation interactif à partir des données du CNICS (accéder à l'article - accéder au module interactif sur Tableau public)

Source des données

Centre national d’interprétation des captures de salmonidés migrateurs (CNICS) - * INRAE, OFB, Pôle OFB-INRAE-Institut Agro-UPPA pour la gestion des migrateurs amphihalins dans leurs environnements, U3E, CNICS, F-35042, Rennes

Fédération nationale pour la pêche en France

Consulter les données du CNICS

En cas de difficultés d'affichage, accéder au module interactif sur Tableau public.