Une année avec La truite de mer ! Episode 4 - Saumon ou truite de mer ?

Publié le 29 Mai 2020 dans Actualités
Une année avec La truite de mer ! Episode 4 - Saumon ou truite de mer ?

La ressemblance morphologique entre le saumon atlantique et la truite de mer prête parfois à confusion et leur distinction n’est pas toujours évidente. Et pour cause, ces deux espèces font partie de la même famille, les salmonidés. Elle se fait au niveau de la longueur du maxillaire et de l'échancrure de la nageoire caudale. Les jeunes stades du saumon atlantique et de la truite de mer sont également très ressemblants. Les géniteurs sur le point de se reproduire sont en revanche plus faciles à distinguer.

Voici quelques critères simples permettant de les différencier rapidement :

  • Le saumon atlantique a une forme élancée. Il a une grande bouche mais la commissure de la mâchoire supérieure ne dépasse pas l’aplomb de l’arrière de l’œil. Le pédoncule caudal est long et étroit et la nageoire caudale échancrée avec des extrémités pointues. Les points présents sur sa peau se situent au-dessus de la ligne latérale. On note une absence de couleur rouge/orangé sur la marge de sa nageoire adipeuse. A l’âge adulte, sa robe est tachetée de points rouges et noirs et peut présenter des aspects dorés ou argentés selon les cours d'eau et selon le stade de développement du poisson.

 

(source de l'illustration : FDAAPPMA 62)

  • La truite de mer, plus trapue, a une bouche plus grande (la commissure de la mâchoire supérieure dépasse l’extrémité de l’œil), un pédoncule caudal plus court et large et une nageoire caudale moins échancrée. Contrairement au saumon, les points sur sa peau se répartissent de part et d’autre de la ligne latérale. On peut constater la présence d’une coloration rouge/orangé sur la nageoire adipeuse. Sa robe argentée est ornée de tâches brunes en forme d’étoiles.

(source de l'illustration : FDAAPPMA 62)

Il n’y a pas que leur morphologie qui est proche, leur cycle de vie l’est également ! Espèces amphihalines potamotoques, le saumon et la truite de mer reviennent chaque année dans les eaux fraîches et oxygénées des cours d'eau pour se reproduire. Au printemps, les alevins émergent au printemps et se dispersent dans des zones courantes de faibles profondeurs. Les juvéniles passent 1 à 3 ans en rivière avant de prendre le large vers la mer. Au cours de cette période, les smolts s'imprègnent de l'odeur de la rivière pour la retrouver le moment venu. En mer, les truites resteront de quelques mois à 3 ans tandis que le saumon de 1 à 3 ans avant de revenir entre le printemps et l'automne pour faire perdurer l'espèce.

Concernant la pêche, la réglementation en mer et en estuaire salé ne fait pas de distinction entre les 2 espèces (hormis la taille minimale de capture). En eau douce, les pêcheurs doivent s’acquitter un supplément « migrateurs » pour pêcher le saumon atlantique et la truite de mer en plus de sa carte de pêche qu’il veuille ou non conserver ses prises. Mais il existe des spécificités liées à l’espèce. La règlementation concernant les captures de truites de mer est moins contraignante que celle des saumons. Les pêcheurs de truites de mer n'ont pas à tenir un carnet de capture et ils n'ont pas de marque à apposer sur les captures.

La déclaration des captures de truites de mer est possible mais n'est pas obligatoire. Une déclaration volontaire des captures est toutefois recommandée ; elle fournit des informations sur les fleuves colonisés par l'espèce ainsi que sur la dynamique des populations de truite de mer (durée de vie en mer et en eau douce par exemple).

En savoir plus sur la réglementation des salmonidés

  … Prochain épisode fin juin