A l'écoute des bulls d'aloses sur le Blavet !

Publié le 15 Mai 2020 dans Actualités
A l'écoute des bulls d'aloses sur le Blavet !

La fédération de pêche du Morbihan, en collaboration avec BGM, étudie actuellement la faisabilité d'un suivi acoustique de la reproduction des aloses sur le Blavet pour estimer la population d'aloses.

Le bull, base du suivi de la reproduction des aloses

Au printemps, les aloses débutent leur migration dans les cours d'eau pour se reproduire sur les zones caillouteuses, délimitées en amont par un profond et en aval par un radier (les obstacles à la migration contraignent les aloses à frayer sur des sites forcés, dont les caractéristiques physiques - courant, profondeur, granulométrie - ne garantissent pas le succès de la reproduction).

 

L'acte de ponte, appelé "bull", est spécifique aux aloses : le mâle et la femelle, à demi émergés et flanc contre flanc, frappent violemment la surface de l'eau à l'aide de leur nageoire caudale en exécutant un mouvement circulaire (Cassou-Leins et al., 2000 in Baglinière et Elie, 2000). Les bulls se caractérisent par leur durée, de 2 à 8 secondes (Boisneau et al., 1990), et leur intensité sonore, de 35 à 50 dB (Cassou-Leins et al., 2000 in Baglinière et Elie, 2000). Cette caractéristique sonore est la base du suivi de la reproduction des aloses.

 

 

L'accouplement des mâles et des femelles offre un spectacle sonore chaque nuit vers 2-3h du matin, lorsque les conditions de débit et de température sont optimales (source : P. Rigalleau)

Zoom sur le suivi acoustique de la reproduction des aloses

Le principe du suivi acoustique repose sur l'enregistrement des bulls sur un site de frai des aloses. Le dispositif d'enregistrement, constitué d'un dictaphone, un microphone et une parabole, est implanté au bord de l'eau et orienté sur la zone de reproduction. Chaque dispositif est mis en place le soir avant le commencement de l'activité de frai et est retiré en fin de nuit ou le matin.

Exemple d'un dispositif d'enregistrement des bulls d'aloses (source : BGM)

 

Les enregistrements sont analysés grâce à un logiciel de traitement des sons qui permet de visualiser le spectre sonore et ainsi, d'identifier et de comptabiliser rapidement les bulls. L'identification visuelle est validée par l'écoute de l'enregistrement.

Spectre d'un bull visualisé à l'aide du logiciel de traitement des sons Audacity (source : BGM)

 

Pourquoi un suivi sur le Blavet ?

Le Blavet dispose d'une des plus importantes populations d'aloses de Bretagne avec l'Aulne et la Vilaine. Or, contrairement à ces 2 fleuves, aucun dispositif de comptage ne permet d'estimer la population d'aloses sur le Blavet.

 

En 2020 et 2021, il est prévu de suivre la reproduction d’aloses sur 2 sites de reproduction du Blavet (Gorêts et stade eaux vives) pour estimer l’effectif de géniteurs.

 

La méthode consiste à réaliser des comptages par suivi acoustique en complément de quelques comptages visuels (2 à 3 nuits) pour tester l’efficacité du suivi acoustique.

 

Si le suivi acoustique est efficace, il sera poursuivi en 2021 de manière à pouvoir intégrer les données dans le modèle ABC développé par Cédric Tentelier de l'Université de Pau et Pays de l'Adour qui permet d’estimer l’effectif d’aloses à partir de comptages de bulls.