A l'écoute des bulls d'aloses sur le Blavet !

Publié le 28 Septembre 2020 dans Actualités
A l'écoute des bulls d'aloses sur le Blavet !

Le Blavet dispose d'une des plus importantes populations d'aloses de Bretagne avec l'Aulne et la Vilaine. Or, contrairement à ces 2 fleuves, aucun dispositif de comptage ne permet d'estimer la population d'aloses sur le Blavet.

La fédération de pêche du Morbihan, en collaboration avec BGM et l'AAPPMA de Lorient, a étudié en 2020 la faisabilité d'un suivi acoustique de la reproduction des aloses sur le Blavet pour estimer la population d'aloses.

Sur 2 sites suivis et 9 nuits de comptage, plus de 1000 bulls ont été enregistrés !

 

Zone d'étude (en haut) et résultats bruts (en bas) du suivi acoustique de la reproduction des aloses sur le Blavet en 2020

Cette étude a montré la faisabilité d’un suivi acoustique sur l’aval du Blavet. Plusieurs enseignements sont à tirer pour un déploiement du suivi acoustique sur l’aval du Blavet dès 2021 :

  • Un repositionnement d’un ou plusieurs enregistreurs sur le parcours d’eaux vives (l’enregistreur amont a capté très peu de bulls) ;
  • Le lancement du suivi acoustique dès que le couple débit / température de l’eau est favorable (température de l’eau > 14°C et débit stable) ;
  • Des comptages visuels plus fréquents, au minimum 3, pour calculer le taux d’efficacité du suivi acoustique et également s’assurer du bon positionnement des enregistreurs (en particulier au niveau du parcours d’eaux vives) ;
  • Des comptages visuels effectués sur une plage horaire plus étendue (de 23h à 5h).

Ces améliorations permettront d’intégrer les données de suivi dans le modèle ABC développé par Cédric Tentelier de l'Université de Pau et Pays de l'Adour qui permet d’estimer l’effectif d’aloses femelles sur une frayère à partir de comptages de bulls.

Télécharger la note de synthèse des résultats de suivi acoustique de la reproduction des aloses en 2020

Le bull, base du suivi de la reproduction des aloses

Au printemps, les aloses débutent leur migration dans les cours d'eau pour se reproduire sur les zones caillouteuses, délimitées en amont par un profond et en aval par un radier (les obstacles à la migration contraignent les aloses à frayer sur des sites forcés, dont les caractéristiques physiques - courant, profondeur, granulométrie - ne garantissent pas le succès de la reproduction).

 

L'acte de ponte, appelé "bull", est spécifique aux aloses : le mâle et la femelle, à demi émergés et flanc contre flanc, frappent violemment la surface de l'eau à l'aide de leur nageoire caudale en exécutant un mouvement circulaire (Cassou-Leins et al., 2000 in Baglinière et Elie, 2000). Les bulls se caractérisent par leur durée, de 2 à 8 secondes (Boisneau et al., 1990), et leur intensité sonore, de 35 à 50 dB (Cassou-Leins et al., 2000 in Baglinière et Elie, 2000). Cette caractéristique sonore est la base du suivi de la reproduction des aloses.

 

 

L'accouplement des mâles et des femelles offre un spectacle sonore chaque nuit vers 2-3h du matin, lorsque les conditions de débit et de température sont optimales (source : P. Rigalleau)

Zoom sur le suivi acoustique de la reproduction des aloses

Le principe du suivi acoustique repose sur l'enregistrement des bulls sur un site de frai des aloses. Le dispositif d'enregistrement, constitué d'un dictaphone, un microphone et une parabole, est implanté au bord de l'eau et orienté sur la zone de reproduction. Chaque dispositif est mis en place le soir avant le commencement de l'activité de frai et est retiré en fin de nuit ou le matin.

Exemple d'un dispositif d'enregistrement des bulls d'aloses (source : BGM)

 

Les enregistrements sont analysés grâce à un logiciel de traitement des sons qui permet de visualiser le spectre sonore et ainsi, d'identifier et de comptabiliser rapidement les bulls. L'identification visuelle est validée par l'écoute de l'enregistrement.

Spectre d'un bull visualisé à l'aide du logiciel de traitement des sons Audacity (source : BGM)