Une année avec La truite de mer ! Episode 2 - Des truites de mer en Bretagne ?

Publié le 30 Mars 2020 dans Actualités
Une année avec La truite de mer ! Episode 2 - Des truites de mer en Bretagne ?

La truite commune est une espèce d'origine euro-asiatique. La forme marine est notamment présente sur les fleuves de la façade atlantique, depuis le nord de la Russie jusqu'au Portugal. En Bretagne, les truites de mer colonisent les cours d'eau bretons. Leur présence est avérée sur une trentaine de bassins mais est plus marquée dans les fleuves de la façade de la Manche, de l'Aulne jusqu'au Couesnon.

Les truites de mer sont toutefois peu abondantes en Bretagne, comme en témoigne le suivi des déclarations des captures de truites de mer du Centre National d'Interprétation des Captures de Salmonidés migrateurs (CNICS). Depuis 1996, le bilan s'élève en moyenne à 23 déclarations de captures de truites de mer sur les cours d'eau bretons. Plus de 70% des truites ont été capturées dans les cours d'eau du nord de la Bretagne, plus particulièrement sur les fleuves côtiers du Douron, du Léguer et de l'Aber Ildut. Au niveau national, les déclarations de captures de truites de mer en Bretagne représentent seulement 6,5% Néanmoins, les captures de truites de mer, faisant l’objet de déclarations volontaires, sont vraisemblablement sous-évaluées, ce qui ne facilite pas la visualisation de la distribution de cette forme de truite et l’estimation de leur abondance.

Les truites de mer capturées sont en majorité des individus d’un hiver de mer (41 % des déclarations) et des finnocks (16 %), c’est-à-dire des individus remontant en eau douce après 2 ou 3 mois de croissance en mer. La structure en taille est très étendue, allant de 32 cm à plus d’1 mètre ! Mais, la plupart des individus capturés mesure entre 30 et 55 cm.

 

La majorité des truites de mer capturées ne s'est jamais reproduite (45%). Mais un individu s’est tout de même reproduit 4 fois avant d’être capturé !

L’abondance des truites de mer est peu connue dans les rivières bretonnes mais est très faible, comparativement aux cours d'eau normands. Les raisons sont mal connues mais la présence de la forme marine de la truite en cours d'eau dépendrait des conditions environnementales en eau douce et en mer.

Des travaux sont actuellement menés pour comprendre l’influence relative des stratégies migratoires en mer et des facteurs environnementaux sur la connectivité entre populations des côtes françaises de la Manche. Ces études montrent un large continuum de comportement depuis la résidence complète en eau douce jusqu’à l’anadromie. Ces comportements migratoires dépendraient du paysage marin et de la qualité des habitats marins (ressources trophiques).

L’environnement marin, en complément de l’environnement fluvial, joue donc un rôle important dans les échanges entre populations et l’évolution des stratégies migratoires chez la truite. Dans le cadre du programme Interreg SAMARCH (Salmonids management around the channel - Gestion des salmonidés autour de la Manche) 2017-2022, des analyses génétiques basées sur de nouveaux marqueurs vont permettre d’identifier les rivières d’origine des truites de mer échantillonnées dans les zones côtières, estuariennes ou à l’aval des rivières, de définir les chemins probables pour la dispersion de la truite entre les rivières ainsi que les paramètres environnementaux facilitant ou limitant les mouvements (nature des fonds marins, courants…). Ces nouvelles connaissances contribueront à l’amélioration de la gestion des milieux et des populations de truites de mer en Manche.

En savoir plus sur le programme SAMARCH

  … Prochain épisode fin avril